Pétition pour le Jardin de Ville

Home / Pétition pour le Jardin de Ville

Signez et faites signez la pétition
contre la transformation
du Jardin de Ville en parking.

Retrouvez le tract distribué lors du rassemblement du 21 mars 2015

  • Pour signer la pétition : lien direct
  • Lien à transmettre à vos contacts par copier / coller :
    https://secure.avaaz.org/fr/petition/aux_habitans_riverains_amoureux_de_la_nature_et_du_patrimoine_empecher_labattage_de_21_arbres_et_la_destruction_de_50_du/?preview=live

 TRACT JARDIN VILLECi-dessous, le texte de l’intervention de J Laverdure prononcée lors du rassemblement :

Remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont répondu à notre appel ainsi qu’aux organisations environnementales de répondre présents.

Mise au point :
Nous sommes ici réunis «hors campagne électorale des départementales», encore que la défense du jardin de ville soit hautement politique. Vous le découvrirez tout au long du débat.
D’autre part, notre rassemblement n’a aucun rapport avec la question de Center Parcs.

Pourquoi avoir précipité cette action ?

Tout simplement à cause du vote du budget 2015 au Conseil Municipal de jeudi prochain 26 mars où la ligne budgétaire pour le parking est clairement annoncée.

 LES RAISONS DE LA COLERE

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un différent majeur que nous avons avec le Maire et sa majorité municipale à propos de la réalisation d’un parking. En soit, réaliser un parking n’est pas un problème si, en premier lieu, son positionnement n’en est pas un.
Sauf, que dans notre cas, M. le Maire, voulant réaliser une promesse de campagne « Réaliser 120 places de parking », n’a pas trouvé mieux que de positionner ce futur parking là où nous sommes.

 ENVIRONNEMENT ET PATRIMOINE :

ET LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT ?

Le jardin de ville est un parc situé dans une zone naturelle protégée !!
50% du jardin défiguré : 21 arbres abattus.
1/3 de l’espace vert pour le tout bagnole : pollution accrue !

ET LE RESPECT DU PATRIMOINE ?

Richesse d’un espace vert en ville : disparu !
Mur en galets roulés : enfoui !
Arbres centenaires : tronçonnés !

Oui, vous avez bien entendu.
Le maire, adjoint chargé de l’urbanisme, s’assoit sur les règlements en vigueur en matière d’urbanisme :

  • Le projet ignore les choix, le zonage et le règlement du PLU (Plan Local d’Urbanisme) :
  • Il est prévu des places nouvelles de stationnement le long du boulevard Delattre de Tassigny
  • Le jardin de ville qui fait partie de la ceinture verte de la ville est classé en zone Naturelle N
  • 21 arbres abattus mais 2 seulement répertoriés à abattre, tous ces arbres faisant partie d’un EBC (Espace Classé Boisé)!!!

Et pourtant le règlement du PLU stipule bien à l’article N13, je cite, « Pour les éléments de paysage à protéger repérés dans le règlement graphique, seul l’abatage pour un motif de sécurité, d’aménagement d’une voie ou d’un carrefour public est autorisé. »

  • Le projet ignore que le jardin de ville est classé en zone S2 dans l’AVAP (Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine) :
  • Le mur en galets qui sépare les Bains-Douches du Jardin de Ville serait enterré !!! Contraire au règlement de l’AVAP : page 23, « Les murs de clôture seront conservés et restaurés. »
  • « Tous travaux de terrassement à proximité des fortifications devront se faire en tenant compte de l’éventuelle présence de vestiges. »
  • « Entretenir les parcs et favoriser les plans de gestion de ces derniers. »
  • Le jardin de ville est classé en zone S2 et non en zone S2c (S2 indicié c). Or, il est écrit dans l’AVAP : « Seuls les secteurs indicés S2c pourraient accueillir des projets d’intérêt public. »

 LE JARDIN DE VILLE « LIEU DE VIE »

ET LE RESPECT HUMAIN  dans tout cela?

Lieu de repos et d’échanges : dans le bruit des moteurs !
Aire de jeux pour les enfants : dans les vapeurs d’essence !

Cet espace public est attrayant : Il s’agit d’un patrimoine ancien d’arbres d’essences pionnières à gérer sur le long terme, et d’un patrimoine floral entretenu depuis toujours par les agents. C’est l’espace naturel le plus proche du centre ancien, qui permet à chacun le repos et la détente et qui est éminemment utile à la biodiversité et à l’amélioration de la qualité de l’air urbain. Ajoutons qu’en matière de patrimoine, l’arbre en ville est depuis longtemps considéré comme un bien commun et une source de services écosystémique, qu’il est d’ intérêt public et général.

Cet espace public est très utilisé : à peu près plat et avec un accès facilité, il est donc adapté aux personnes âgées qui souhaitent s’y promener. C’est un espace de rencontres pour les lycéens et collégiens, espace qui permet aux familles du centre ville de bénéficier d’une aire de jeux équipée. Cet espace évite aux habitants de traverser la ville pour rejoindre le parc Allivet et il est une valeur patrimoniale ajoutée en matière de tourisme.

Cette extension de parking sur le jardin de ville est-elle nécessaire ?

Oui si on en croit les propos de l’Adjoint aux Travaux-Patrimoine lors du Conseil Municipal du 5 mars dernier :
« Pour nous (lire « la majorité municipale »), ce projet n’est pas seulement un parking ni une fin en soi, mais un outil, la première pierre permettant la reconquête de l’espace urbain afin de sauver le commerce et de développer l’attraction de notre patrimoine. »

C’est tout simplement de l’enfumage !!! et de la démagogie … Des justifications qui ne convainquent personne eu égard au dégât causé par l’amputation du tiers du Jardin de ville, lequel Jardin de Ville perd non seulement 1/3 de sa surface mais surtout son intérêt environnemental et son attrait pour la détente et le bien-vivre ensemble qui sont totalement dévalorisés.

Quant à la nécessité affirmée d’un besoin de places de stationnement, rien ne sert de se précipiter dans la mesure où

  • d’une part la réactivation de la zone bleue n’a pas encore été expérimentée pour résoudre des problèmes de stationnement qui se posent la journée et certains jours seulement.
  • D’autre part, le parking existant des Bains-Douches est actuellement sous utilisé voire vide.

Le besoin de places de stationnement ne peut donc justifier à lui seul le projet….
….d’autant que des solutions alternatives de stationnement existent…. qui respectent tous les intérêts en jeu !

  • L’ouverture côté nord du parking Bains Douches : les 37 places maintenues.
  • De Lattre de Tassigny et au fond du parking du lycée : création de 35 places.

Déjà, à peu de frais, 72 places …….. à comparer aux 100 places du parking projeté !!!!

Ajoutons l’aménagement du Passage de la Mansarde pour accéder à pied au parking du Château de 100 places et nous atteignons largement plus de 63 places !!!

Et profitons de l’occasion pour passer à une autre époque, celle des parkings-relais par la mise en place de navettes « Centre ancien/complexe sportif et culturel /quartiers Sud » les jours de grande affluence. en sortant les voitures du centre et de sa périphérie proche, on règle l’essentiel des problèmes de stationnement et en même temps on rend service à nos propres habitants !! ….. qui habitent au sud de la ville et sont des consommateurs potentiels du commerce de centre-ville ou qui habitent le centre-ville et qui veulent se rendre aux services publics Aqualib, complexe sportif, médiathèque …. en contrebas de la moraine…

 LE GÂCHIS FINANCIER

ET LE RESPECT DES DENIERS PUBLICS ?

Un projet  exorbitant  de 314000€ dont 60000 € de caméras : abusé !
Le parking « Bains Douches » construit en 2013 pour 50000 € : détruit !

Le Maire l’a dit et c’est confirmé dans le budget 2015 soumis au vote jeudi prochain 26 mars, c’est le projet-phare de 2015 !!!

Sous prétexte de vouloir tenir une promesse électorale qui s’avère clairement démagogique (créer 120 places de parking), la majorité municipale se permet de gaspiller argent et patrimoine végétal avec un impact économique plus que faible et par contre un impact environnemental et social négatif plus que certain.

L’état d’avancement du projet aujourd’hui ?

Au Conseil Municipal de jeudi prochain 26 mars, si rien n’évolue, le Maire fera voter la ligne budgétaire nécessaire à la réalisation du parking : plus de 300 000 € !!!

Cela signifie qu’il faudra intensifier notre action contre ce projet.

Ce projet est écologiquement inacceptable.
Ce projet est aberrant.
Ce projet est coûteux.
Ce projet est économiquement injustifiable.
Ce projet est non conforme à un certain nombre de règles édictées dans le PLU et l’AVAP.

Au final, nous refusons que le jardin de ville soit sacrifié pour un parking et nous demandons instamment d’abandonner ce projet absurde.

Vous tous les usagers du Jardin de ville, rejoignez-nous pour la défense de votre espace de vie, de détente et de respiration.

Vous tous les amoureux des richesses historiques et de la biodiversité, rejoignez-nous pour la défense de notre jardin public.

Tous ensemble, agissons pour l’abandon pur et simple de ce projet aberrant.